AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 [you're a man now, boy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Basil Cobalt
◦ you want a heart in this life, you pay for it.
avatar

Messages : 552
Avatar, © : irons (©clau aka picasso).
Multinicks : syl, daphne.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-nine years old and a severe case of peter pan syndrome.
Job : owner of the sceptic's companion, a bar in central fortingall.
Status : cute but psycho.
Top wishes : avoid problems, get out of this shithole of a town for a bit, visit Rob's grave.

MARK MY WORDS;
Mood: dry.
Relationships:
Availability: open / fr - eng.

MessageSujet: [you're a man now, boy]   Jeu 8 Déc - 17:48


basil cobalt
may your feet serve you well and the rest be sent to hell, where they have always belonged

i | one thousand paper cranes
nom complet ▪ Basil Christopher Cobalt, il entend encore sa mère hurler son nom pour le rappeler à l'ordre. Ces jours-ci, elle se contente de soupirer, mi-agacée et et mi-amusée. âge, date et lieu de naissance ▪ Il est né un certain 13 août par une nuit caniculaire, quelque part dans la campagne écossaise, à l'arrière de la vieille Camaro de son père ; un accouchement inattendu pour le moins hors du commun et une anecdote que ses parents n'ont de cesse de répéter encore aujourd'hui - 29 ans après. nationalité et origines ▪ Les Cobalts sont aussi ancrés à Fortingall que les pierres qui pavent ses rues, des Écossais pure souche de génération en génération et d'ailleurs bien davantage fidèles à leur patrie qu'au Royaume-Uni. Basil a cette mine tempétueuse, ce fatalisme qui lui semble inné. Il boit son whisky sec, jure beaucoup trop et ne laisse pas facilement abattre ; un vrai gars d'ici. occupation, diplôme(s) et situation financière ▪ Vilain petit canard de la famille, il n'a jamais eu beaucoup d'ambition et de façon générale abordé la question de son future d'un point de vue défaitiste et ce dès qu'il était en âge d'y réfléchir. Ne s'étant jamais découvert une vocation ou une passion quelconque et ayant abandonné ses études à l'âge de 17 ans, il erre longtemps sans le moindre but, passant d'un petit job misérable à l'autre. Le déclic viendra bien plus tard sous la forme d'un mentor, sans doute un peu trop insistant, qui l'aidera à trouver sa voie. Aujourd'hui, il tient un bar populaire en ville et gagne relativement bien sa vie. Un emploi à la fois jouissif et stable, si complètement inespéré. état civil et orientation sexuelle ▪ Célibataire, au plus grand dam de sa génitrice qui rêve de petits-enfants à choyer. Il essaye (en vain) de la préparer à l'idée qu'elle n'en verra aucun issu de lui, parce que Basil tombe bien plus facilement amoureux des moments bien plus volontiers que des personnes avec qui il les partage. Des relations, il en a connu - toutes passionnées mais également toutes sans lendemain. Un jour, il a cru qu'il pourrait en être autrement mais le sort a vite fait de noyer ces illusions et de lui rappeler qu'il n'est pas ce genre de gars. situation familiale ▪ Un des quartiers proposés et depuis quand votre personnage y habite. traits de caractère ▪ nihiliste, dramatique, insolent, plus émotif qu'il ne souhaite l'admettre, téméraire, intuitif, négligeant, audacieux, stoïque, loquace, rusé, observateur, impatient, sanguin, n'en fait qu'à sa tête, joueur, impulsif, nonchalant, aventureux, vif d'esprit, cultivé. groupe ▪ Winter. avatar ▪ Max Irons.

ii | drop of rhum on my tongue
Le sarcasme est un second langage qu'il maîtrise comme Raphael manipulait ses pinceaux. Son discours est ponctué par de faux halètements et par des haussements d'épaules évasifs. Il sourit comme s'il trouvait toutes les choses de ce monde à la fois infiniment tragiques et furieusement drôles. Basil n'en a absolument rien à faire - ou du moins, c'est ce qu'il se donne un mal fou à faire croire à tout le monde. Derrière cette façade de pierre grouillent des insécurités dont les racines sont si fermement ancrées, il a bien peur de ne jamais s'en débarrasser. Il a le gout du risque. Moins les probabilités sont en sa faveur, plus le challenge pique son intérêt. Préférablement, il doit y avoir quelque chose à perdre. Souvent, un membre. Potentiellement sa vie. Le tout pour le tout. Une attitude pour le moins audacieuse qui lui confère un appétit quasi insatiable pour les sensations fortes et les sports extrêmes. Un avide pratiquant de ces derniers, d'ailleurs. Basil a toujours eu un problème avec l'autorité. Un besoin viscéral de se rebeller contre les dogmes en place, de faire exactement le contraire de ce qui est demandé de lui. Dès son plus bas âge, il était le cancre de service, refusant de se soumettre aux réglementations. Il a beau en avoir dûment payé les conséquence, il n'a jamais vraiment appris sa leçon et il manque de discipline aujourd'hui encore.  

the other side of a closed door:
 




Dernière édition par Basil Cobalt le Ven 30 Déc - 23:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Basil Cobalt
◦ you want a heart in this life, you pay for it.
avatar

Messages : 552
Avatar, © : irons (©clau aka picasso).
Multinicks : syl, daphne.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-nine years old and a severe case of peter pan syndrome.
Job : owner of the sceptic's companion, a bar in central fortingall.
Status : cute but psycho.
Top wishes : avoid problems, get out of this shithole of a town for a bit, visit Rob's grave.

MARK MY WORDS;
Mood: dry.
Relationships:
Availability: open / fr - eng.

MessageSujet: Re: [you're a man now, boy]   Ven 9 Déc - 8:23

Why does tragedy exist?
Because you are full of rage.

This a dump. Basil lance un regard perplexe à Robert Bloom, sourcils haussés. Actually, this your dump. Il parcoure la pièce des yeux. Les murs s'effritent, le plafond est sur le point de s'écouler, il compte deux fenêtres brisées et innombrables immondices jonchent le sol dont il ne saurait déduire la couleur initiale. Il a un rire sec avant de se retourner vers son compagnon. You've got to be joking me. Quand Rob lui avait annoncé qu'il avait "une surprise" pour lui, ce n'était certainement pas ce qu'il avait imaginé. This is your chance, boy. And don't get me wrong, it's not a gift. I expect a full retribution of my investment, so you better get to work. Rob avait été le premier à voir un quelconque potentiel en Basil, ou du moins en suffisance pour réellement le prendre sous son aile, à croire en lui de façon immuable même - surtout - lorsqu'il se donne tout le mal du monde à lui montrer qu'il ne devrait pas. Il a cette habilité à voir clair dans son jeu qui déstabilise le jeune homme, lui qui est habitué à avoir toutes les cartes en mains, et l'entraîne tout droit dans un monde où il perd tous ses repères. Il ne comprend pas la confiance que Rob place en lui, il n'accorderait pas la moindre seconde à quelqu'un comme sa personne. Il ne peut toutefois qu'éprouver de la gratitude envers le quasi-étranger qui lui tend aveuglement les bras. Don't disappoint me, son. Il y a quelque chose un peu trop comme une note de désespoir dans le ton du vieil homme qui le prend aux tripes et les tord. Il le supplie de ne pas la décevoir, l'émotion si intense et explicite dans ses yeux qu'il est forcé détourner les siens. Il pose sur le bar en ruine un regard nouveau, plein de possibilités. Il n'abandonnerait pas Rob.

Il ne peut poser de mots sur l'émotion qui l'habite. C'est la troisième soirée déjà et la foule ne semble pas déchanter, le bar est noir de monde. Il croise le regard de Rob, au loin, qui incline la tête et lui offre un sourire. Fier. Basil lui fait signe en retour, une sensation de chaleur se propageant dans sa poitrine. Ensuite, une silhouette familière attire son attention. My eyes must be deceiving me. Did you get rid of that stick up your arse, Bloom? Sourire en coin et sourcil arqué, il s'adresse à nulle autre qu'à la fille de Robert Bloom, Ophelia. Well, everyone can change. I suppose you just proved that there is hope even for the worst of pricks. Dès le début, elle n'a jamais caché son mépris envers lui. Elle ne lui fait pas confiance et il ne peut certainement pas lui en vouloir. Elle a toutes les raisons du monde de douter de lui. Les joutes verbales se sont ouvertes alors qu'ils se sont rencontrés pour la première, il y a plus d'une année de cela, et Ophelia s'est prouvé être une digne opposante. This place is pretty nice. I have to admit I was wrong, you're not a total loser, Cobalt. Elle enchaîne un peu trop hâtivement et ça le fait sourire plus fort. First it was my eyes et now my ears? Did you just give me a backhanded compliment, Princess? What's next, are you going to confess your undying love for me? Elle a un rire sec. Don't get used to it, I still hate you. Il n'y a aucun passe-temps plus amusant que de pousser tous ses boutons pour voir comment elle réagirait. Thank you, Ophelia. I never expected any less of you.

Cold? Il n'attend aucune réponse et se défait de sa veste pour la passer auteur de ses épaules dénudées. Ophelia se tourne vers lui et lui offre une petit sourire. Un silence étrangement apaisant et confortable s'installe, uniquement interrompu pour leurs souffle qui se mêle. Ils sont seuls sur le balcon des Bloom, après un dîner familial tout aussi curieusement tranquille. See, we can spend time together without jumping at each other's throats. Il a un sourire en coin alors qu'il pose son regard bleuté sur elle. Elle, pensive, contemple le soleil couchant sur la vallée, illuminant le ciel du crépuscule d'une myriade de teintes. Maybe we can call it a truce , dit-elle en tendant sa main droite. Truce , répond-t-il en la serrant de la sienne. Elle rit et il s'attarde un instant trop longtemps sur ses lèvres, juste assez pour qu'une idée complètement folle lui vienne à l'esprit. La réalisation vient en trois temps. Premièrement, il embrasse Ophelia Bloom. Deuxièmement, il se surprend à apprécier le baiser qu'il partage avec Ophelia Bloom. Finalement, Ophelia Bloom l'embrasse de plus belle.

Don't play dumb with me, son. My body might be failling me but I'm not blind, I can see the way you two are looking at each other. Il s'agit d'une conversation qu'il n'aurait jamais pensé avoir, pas avec quiconque, et encore moins avec Rob. Il soudainement coupé court, rendu muet. Ophelia et lui avaient échangé un baiser, puis deux, et puis plus qu'il ne peut compter. Mais l'annonce brusque du cancer de Robert avait fait qu'ils n'avaient pas vraiment passé du temps seuls tous les deux récemment. When I'm gone, I want you to look after her. But do not, under any circumstances, get with her. Do you understand me, Basil? Ses mots ont l'effet d'une gifle et il jure que son palpitant cesse de battre le temps d'un instant. Quand il repart, c'est de façon incertaine. Les pensées se bousculent dans sa tête sans qu'il ne puisse en faire le moindre sens, c'est tout le temps comme ça quand Rob parle de son décès imminent, un diagnostic terminal qu'ils ont dit. Yeah, I understand , répond-t-il d'un ton plat. Que dire d'autre à un homme dans son lit de mort ?

It's over. He's gone. He's gone. Il y a quelque chose d'absolument  foudroyant à regarder une personne qui semble habituellement si forte que rien ne pourrait jamais la fragiliser, s'effondrer. Avant qu'il n'ait le temps d'assimiler quoi que ce soit, il l'a déjà attirée dans ses bras et serre le corps tremblant d'Ophelia contre lui, ses sanglots incontrôlés un supplice pour ses oreilles. Et puis, ça le frappe. Sa préoccupation pour elle, sa douleur à elle, l'emporte de loin sur toutes ses pensées à son propre égard. Il vient de perdre son mentor, son pilier, et tout ce qu'il semble être capable de considérer est la peine de quelqu'un d'autre. Un conversation avec Rob lui vient à l'esprit, comme il lui avait demandé de ne pas s'approcher de sa fille. Et il comprend, il ne ferait que la faire souffrir. Elle pleurerait à nouveau, et cette fois ce serait à cause de lui. L'imagine est insoutenable. Il a pris sa décision.

_________________
you and I are two oceans apart, we're on earth to break each others hearts, in two.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[you're a man now, boy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ a touch of magic. :: II. / WE ARE, EACH OF US, A LITTLE UNIVERSE :: IN EVERY MAN THERE IS A CHILD :: LOVE AND SOME VERSES-
Sauter vers: