AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 we push and pull like magnets do [w/lyra].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syl Crenshaw

avatar

Messages : 70
Avatar, © : travis fimmel (©hepburns).
Multinicks : basil.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : thirty-five and not getting any younger.
Job : historian and archeologist, modern day indiana jones wannabe.
Status : in limbo, sort of.
Top wishes : get the wife back, chill out for a while.

MARK MY WORDS;
Mood:
Relationships:
Availability:

MessageSujet: we push and pull like magnets do [w/lyra].   Mar 10 Jan - 15:37

but all you want is milk, more than you can drink
all you want is honey, you can't take the sting

________________________________
Un quart d'avance est à l'heure, à l'heure est en retard. Tout le monde ne s'en tient pas à cette même philosophie, mais ça ne dérange pas Syl. Certains voient l'attente d'un retardataire comme une concession de pouvoir et courbent l'échine sous les regards empreints de pitié des serveurs. Tu t'es fait posé un lapin, mon pote. Mais son opinion diffère. Une action envoie nécessairement un message. Chaque geste inconscient, chaque mot d'apparence anodine, a une signification intrinsèque, des révélations subtiles - parfois presque imperceptibles - qui en disent long sur le caractère d'une personne à quiconque sait les analyser. Et Syl, il ne laisse pas un détail au hasard, pas le moindre. Sa ponctualité exemplaire laisse présumer qu'on aurait à faire à un homme responsable. Quelqu'un sur qui on peut compter, attentif et soucieux de ne pas déranger son interlocuteur en le faisant attendre, le genre de personne à qui on pourrait accorder aisément sa confiance. Ça lui donne un air sincère, presque inoffensif. Comme si son but était de plaire, de convaincre, de flatter. Comme s'il avait baissé sa propre garde. Comme s'il n'était pas un loup déguisé en agneau. Surtout, arriver le premier lui permet de s'imprégner de son environnement pour le faire sien. Etudier les rouages du restaurant, noter les manières du personnel ainsi que celles de la clientèle. Construire son assurance sur des bases solides, factuelles pour mener finalement la conversation comme bon lui semble. Marquer sa position d'ascendant. Quand elle arriverait enfin, il aura pleinement pris possession des lieux. Il se lèvera, lui fera poliment mais fermement remarquer qu'il l'a attendue, ce qui met généralement la plupart mal à l'aise. Seulement, Lyra le connait trop bien pour ignorer ses stratagèmes, ce qui le laisse penser que son retard manifeste cache un autre type de déclaration. Syl a proposé qu'ils se rencontrent chez lui, dans la bâtisse ancienne dont il vient de faire l'acquisition par impulsion, en notant qu'il est en possession d'une excellente bouteille de Cabernet à partager. Elle a rétorqué qu'elle préférait un lieu de rencontre public et que le café du coin ferait l'affaire. Il a insisté sur le restaurant, que ce serait son domicile ou ça. Probablement pas la meilleure idée qu'il ait eu, mais au moins il s'agit d'une sorte de compromis - les grands changements se font toujours pas à pas, non ? Elle a cinq minutes de retard, ce qui veut donc dire qu'il attend depuis vingt minutes. Le serveur vient le voir pour lui demander s'il désire commander, scrutant le siège vide en face de lui avec un dédain à peine dissimulé. Il le congédie avec un sourire courtois mais désintéressé. Quelques minutes plus tard, son épouse fait finalement son apparition alors qu'elle est guidée vers leur table. There you are, honey. Syl se lève, sourit. Les manières du sud ne l'ont pas quitté et il aide Lyra à s'asseoir avant que le garçon n'en ait l'occasion avant de s'attabler à nouveau. The service here isn't quite up to standards but I heard it was the best place around. Le ton est factuel alors qu'il feuillette son menu avec indifférence. Ses propres origines sont modestes - il serait la dernière personne sur terre à la juger pour revenir dans son village natal. Si certains préfèrent la cambrousse, c'est leur affaire.   So, how much did you miss me? Il relève les yeux avec un sourire espiègle. Il espère pouvoir lui soutirer une réaction. La situation a beau ne pas être idéale, il ne peut cacher le fait qu'il ne s'est pas autant amuser depuis des années. Ils finiraient par se remettre ensemble, il en est absolument certain. Il n'a aucun problème à devoir faire des efforts pour la reconquérir sur le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra MacLeod
▪ all you got is this moment, twenty-first century's yesterday.
avatar

Messages : 213
Avatar, © : n. portman | © granger (av), liverpoolrules@tumblr (gifs).
Multinicks : elena.
Pseudo : tiffany, océane.
Age : thirty-two yo.
Job : publisher, graduated in scottish gaelic literature.
Status : married, troubled, engaged in a divorce procedure.
Top wishes : have a baby, get her husband out of her life, go back to edinburgh.

MARK MY WORDS;
Mood: tired of everything.
Relationships:
Availability: open / fr - eng.

MessageSujet: Re: we push and pull like magnets do [w/lyra].   Mar 17 Jan - 22:37

- but all you want is milk, more than you can drink -
all you want is honey, you can't take the sting

Elle va être en retard. Une évidence, alors que Lyra n'est toujours pas habillée pour rejoindre Syl. Elle comme lui sont attentifs au détail, et la jeune femme tient à renvoyer l'image qu'elle souhaite, maîtriser cette situation, de par son apparence. Les robes défilent sous ses doigts, retirant un cintre de la penderie à l'occasion pour aussitôt l'y remettre. Rien de ce qu'elle a semble convenir. Pas assez chaleureux, ou au contraire trop. Trop court, trop long. Ou trop clair. Ou trop coloré. Les tissus se succèdent, Lyra désespère. Son cher et tendre époux partant avec un avantage considérable dans la mesure où il a une meilleure maîtrise de son sang-froid qu'elle, la jeune femme veut mettre ses chances de son côté. Ceci passe par une apparence soignée, notamment. Surtout, donner le change. Lyra ne peut s'empêcher de voir une dimension combative dans cette rencontre. Plus que vis-à-vis de lui, vis-à-vis d'elle-même. Elle devra camper sur ses positions. Ne pas céder, ne pas faiblir. Surtout, rester raisonnable. Son pire ennemi n'est certainement pas Syl, mais elle-même. De par ses émotions, les passions qui ont tendance à prendre le dessus sur toute logique. Finalement, ses yeux se posent sur une robe cintrée bleue qui fera l'affaire pour un repas en compagnie de son mari. La perspective de se retrouver en tête-à-tête avec son probable-futur-ex-mari ne la réjouit pas. Plus que stressée, Lyra est perturbée. La dernière fois qu'ils se sont vus, c'était sur son porche et elle n'a pas été capable de lui décrocher un mot. Il y a tellement de non-dits à résoudre qu'elle ignore par où commencer. Ignore s'ils en seront capables sans fracas. Pourtant, c'est avec une démarche assurée que la jeune femme arrive au restaurant, malgré très exactement cinq minutes de retard. Et c'est escortée par le maître d'hôtel qu'elle arrive enfin à leur table, où Syl est déjà présent, manifestement à l'heure, lui. There you are, honey. Lyra se contente de lui adresser un sourire. Elle n'a jamais été fichue d'arriver à l'heure. Beaucoup de choses ont changé, mais pas ça. La jeune femme s'empresse de retirer son trench, un peu plus confiante que lorsqu'elle a quitté la bâtisse familiale. - Hi stranger, qu'elle lui adresse alors qu'il l'aide à s’asseoir, sans animosité, mais pas dénuée d'arrière-pensées. The service here isn't quite up to standards but I heard it was the best place around. Lyra acquiesce. Tous deux se sont considérablement embourgeoisés au cours de leur vie commune, mais ce retour aux sources lui sied bien. Elle n'est que rarement venue ici, peut-être quatre ou cinq fois, lorsqu'elle est revenue en ville il y a maintenant trois ans. Ce n'était pas le genre d'endroit où elle mangeait, plus jeune, pour la simple et bonne raison que ce n'était pas vraiment l'établissement le plus familial du coin. Après avoir feuilleté sans intérêt son menu, la jeune femme s'attarde un peu plus sur Syl. Il lui semble tout-à-fait à son aise. Peut-être un peu trop d'ailleurs. So, how much did you miss me? C'était exactement ce genre de question qu'elle redoutait. Une question qui ne l'étonne même pas. Aux yeux de Syl, il s'agit probablement d'un jeu. Tout est un jeu. Lyra relève la tête, affiche un sourire complaisant. - You have no doubt. Un constat. Non, Syl ne laisse pas paraître de doute quant au fait qu'il lui ait manqué. Bien sûr qu'il lui avait manqué, là n'était pas la question. Mais cette assurance affichée lui semble trop forte pour être entièrement sincère. - How are you? I hope you're enjoying your stay. Une question plus importante qu'il n'y paraît. Lyra sait qu'ils ne pourront pas éternellement contourner la raison de sa venue à Fortingall, mais elle préfère d'abord prendre la température, s'acclimater avant de rentrer dans le vif du sujet.

_________________

take a look at me now, well there's just an empty space and you coming back to me against all odds, and that's what i've got to face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syl Crenshaw

avatar

Messages : 70
Avatar, © : travis fimmel (©hepburns).
Multinicks : basil.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : thirty-five and not getting any younger.
Job : historian and archeologist, modern day indiana jones wannabe.
Status : in limbo, sort of.
Top wishes : get the wife back, chill out for a while.

MARK MY WORDS;
Mood:
Relationships:
Availability:

MessageSujet: Re: we push and pull like magnets do [w/lyra].   Dim 29 Jan - 20:14


Do I ever? , sourit Syl, certain. Il exsude l'assurance tranquille, elle s'échappe de tous ses pores. Elle est à la fois sa meilleure qualité et son talon d'Achille. Elle naît dans les tréfonds d'un esprit cartésien bien huilé qui a retourné les questions un nombre si important de fois qu'il s'est convaincu d'avoir envisagé la quasi totalité des aboutissements probables. Elle s'amplifie à travers des gestes travaillés, répétés, une routine entièrement ancrée qui relève de la mémoire musculaire - une certitude de savoir exactement ce qu'il fait, d'être maître de la situation. Et puis, il faut bien une part de foi, de conviction mystique, presque fanatique, infaillible en lui-même et ses capacités pour qu'elle prenne son apogée. Elle gonfle, son assurance, jusqu'à parfois l’étouffer, le rendre sourd et aveugle. Elle brouille sa vision et entache son jugement. Ils n'en seraient pas là si ce n'était pas pour son arrogance, n'est-ce pas ? Syl n'a jamais cessé d'attendre Lyra. Ou alors, peut-être a-t-il simplement refusé de regarder la vérité dans les yeux malgré les signes aussi flagrants qu'une gifle en pleine figure. Alors qu'elle se trouve finalement devant lui, assise de l'autre côté de la table, la réalité est devenue impossible à nier. Elle ne comptait pas revenir. Trois longues années qu'ils ne sont pas retrouvés dans une situation semblable. S'il devait être parfaitement honnête, il avouerait que le doute s'est en fait doucement imposé dans sa tête, une première fissure qui s'est dessinée dans le marbre, une faiblesse qui transpire par le rythme frénétique auquel ses doigts tapotent son genou sous la table - un tic nerveux dont il pensait s'être définitivement débarrassé. Si son visage et la décontraction dans ses épaules ne laissent rien transparaître, il serre le poing si fermement contre sa cuisse que la circulation dans ses doigts devient difficile. Pourraient-ils reconstruire quelque chose sur les ruines de leur mariage ? Il y en reste-t-il en suffisance ? Leurs fondations ont-elles été assez solides pour ça ? I'm good. Well, I could obviously be better but I'm making the most with what I have. Syl répond avec facilité, le ton agréable. Les banalités ne le dérangent pas, il y est habitué et n'a aucun mal à enfiler le masque adéquat. Le jeu de l'autruche en est un auquel il peut jouer. S'il s'agit de l'approche qu'elle a choisi, alors ainsi soit-il. Il se demande toutefois qu'est-ce qui est pire pour deux époux qui ont fait la promesse solennelle de s'aimer jusqu'à que la mort les sépare, se hurler des mots durs bordés de rancœur au visage ou se traiter comme d'anciennes connaissances qu'on aurait presque oublié, effacés pour la force du temps et de l'éloignement ? Les sujets qui fâchent seront rapidement mis sur le tapis, il n'en doute pas, et l'atmosphère s'en verra transformée du tout au tout. Pas exactement le calme avant la tempête, il s'agit plutôt du moment instable d’appréhension avant l'arrivée imminente d'une catastrophe latente alors qu'ils peuvent la sentir peser de tout son poids sur eux. What about you? I'm dying to hear what you've been up to. Les blancs à remplir sont nombreux. Une question qui pourrait paraître anodine, peut-être, si elle s'était échappée de la bouche de quelqu'un d'autre. Syl, lui, ne fait jamais dans le bénin. Une curiosité malsaine lui brûle les lèvres. Ils pose le regard sur elle, avec douceur et fermeté, les iris amusés, il la met silencieusement au défi. Qu'est-ce qu'il y a eu de si passionnant que tu en as oublié de rentrer à la maison ? You know, there's going to be an opening for a job I've had my eye on for some time pretty soon.  But I took a leave from work. That's how much being here means to me. La décision a été plus facile à prendre qu'il n'aurait pu l'imaginer. Peut-être qu'il a fallu que les papiers du divorce atterrissent sur son bureau pour qu'il prenne conscience qu'il était déjà décidé depuis longtemps, en fait. Peu importe, il avait réservé son aller simple pour Fortingall le lendemain. Et maintenant qu'ils se font face, malgré les trois années et les milliers de non-dits qui les séparent encore, il peut sentir les braises de leur feu de forêt briller au creux de sa poitrine.

_________________
bittersweet nectar drips from the fractures in the guarded depths of your heart. didn’t your mother tell you not to break your toys? 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra MacLeod
▪ all you got is this moment, twenty-first century's yesterday.
avatar

Messages : 213
Avatar, © : n. portman | © granger (av), liverpoolrules@tumblr (gifs).
Multinicks : elena.
Pseudo : tiffany, océane.
Age : thirty-two yo.
Job : publisher, graduated in scottish gaelic literature.
Status : married, troubled, engaged in a divorce procedure.
Top wishes : have a baby, get her husband out of her life, go back to edinburgh.

MARK MY WORDS;
Mood: tired of everything.
Relationships:
Availability: open / fr - eng.

MessageSujet: Re: we push and pull like magnets do [w/lyra].   Lun 30 Jan - 22:10


Do I ever? Lyra le reconnaît entre mille. Une assurance nonchalante. Une arrogance qui ne peut qu'électriser son interlocuteur. Il faut le reconnaître, la jeune femme en est amusée. Le sourire qu'elle laisse paraître n'est pas forcé, mais sincère. Il y a donc des choses qui ne changent jamais. Pas comme si elle s'attendait à ce que Syl ait complètement changé de personnalité. Mais elle avait tellement de fois imaginé comment se déroulerait cette rencontre qu'elle en avait oublié de tels détails. Pas son assurance, pas cette arrogance qu'elle partage. Non, elle n'avait pas pensé à combien ceci la ramènerait à un passé un peu plus glorieux. - Definitely not, répond t-elle, certaine. L'atmosphère lui semble un peu moins lourde, l'air un peu moins irrespirable. Ses muscles se détendent, elle qui était encore prête, quelques minutes avant, à bondir pour attraper son sac et son manteau pour faire demi-tour au premier signe inquiétant. Lyra se sent plus à l'aise qu'elle ne l'avait imaginé, et si elle persiste, demeure sur ses gardes, sa vigilance baisse. Malgré les banalités échangées, triste façade. Stratégie pour laquelle elle a opté, ne se sentant pas de l'affronter tout de suite sur les sujets qui fâchent. Est-ce que seulement, ils seront capables de parler comme ils avaient pour habitude de le faire ? Lyra espère, au fond d'elle. Bien que résolue. Pessimiste quant à ce qu'il leur reste. Elle lui a tout de même envoyé les papiers du divorce. Ce qui suppose une volonté de sa part de revenir sur les vœux qu'elle a prononcé. Est-ce que Syl a seulement idée qu'elle a agi ainsi parce qu'elle s'est sentie au pied du mur ? Elle n'en est pas certaine. Mais pourtant. Il la connaît. Et elle ne croit pas avoir tant changé en trois ans. I'm good. Well, I could obviously be better but I'm making the most with what I have. Mon absence ne t'a donc pas perturbé ? Lyra aurait dû se réjouir de sa réponse. Entendre qu'il va bien, le constater par elle-même. Mais ce qui la perturbe, c'est justement ça. Que Syl semble se porter à merveille. Plus que les mots, c'est ce masque. Parce qu'elle se doute qu'il s'agit d'une façade. La même qu'elle affiche. Surtout, ne pas laisser l'autre en voir trop. Juste assez pour être sincère. Mais suffisamment se préserver. Un constat qui ne la laisse pas de marbre. Les sujets évoqués ne sont pourtant pas grand chose, un échange de banalités. Pour mieux évoquer les raisons pour lesquelles ils sont attablés ensuite. Pourtant, c'est un élan de déception qui l'envahit. Voir qu'ils en sont là, aujourd'hui. Elle qui prétend aller merveilleusement bien. Afficher cette image de femme imparfaite, libre et heureuse qu'elle avait soigneusement travaillé. Voir que tout est resté en suspens, et qu'elle prend tout sur un air de défi. A ce sentiment de devoir ruser, de préférer le machiavélisme à l'honnêteté. Mais l'honnêteté requiert une confiance, une assurance que Lyra doute de maîtriser pleinement aujourd'hui. L'honnêteté requiert un abaissement de soi, un aveu de faiblesse qu'elle n'est pas encore prête à faire. L'honnêteté est plus difficile, et pour le moment évitable. What about you? I'm dying to hear what you've been up to. Bien sûr, bien sûr. Qu'est ce qu'il peut bien vouloir ? Qu'elle lui réponde qu'elle a passé huit mois à se terrer ici, à Fortingall, à attendre un signe de sa part, avant de retourner à la civilisation ? Qu'elle s'est plongée dans le travail en espérant qu'un jour, ce qu'ils avaient vécu ne serait plus qu'un souvenir ? Que ça n'avait pas fonctionné, sinon elle n'aurait pas eu besoin d'envoyer ces putains de papiers de divorce ? Sa réponse se fait pourtant beaucoup plus sobre. Sa voix est posée, assurée. Sans animosité. - Still working as a publisher. I'm a director of collection now. Celtic civilization, to be precise. Une fierté aux yeux de Lyra. Elle avait fait des études dans ce sens. Elle avait obtenu un Master de Littérature gaélique écossaise. A accepté un poste qui lui a permis de faire ses armes, de gravir les échelons mais pas de s'épanouir, lorsqu'elle travaillait à Londres. Elle ne détestait pas son boulot. Mais elle n'avait jamais choisi le métier d'éditrice pour s'occuper de premiers romans. Le poste qu'elle exerce aujourd'hui la satisfait. Travailler dans une maison indépendante, plutôt qu'au sein d'un grand groupe. Se consacrer à sa véritable passion, retourner à ses racines à travers le travail. Pouvoir retourner à Fortingall lorsqu'elle en a besoin, comme en ce moment. Les avantages du télétravail lui permettent de rester six jours sur sept ici, tant qu'elle le voudra. Le travail à distance n'est pas ce qu'elle préfère, mais elle en avait besoin. Quitte à souvent, se retrouver à griffonner au comptoir du Sceptic's Companion plutôt que chez ses parents, évitant soigneusement les questions. You know, there's going to be an opening for a job I've had my eye on for some time pretty soon. But I took a leave from work. That's how much being here means to me. Un aveu qui l'interpelle, comme le laisse paraître son expression. Lyra ne cesse de scruter le visage de Syl, cherche quelque chose à y déceler. Mais il lui semble sincère. Ceci ne résout rien, mais Lyra préfère le savoir. Sans doute, devrait-elle se réjouir. Qu'il soit là, pour elle. Malgré les trois ans écoulés. Mais elle n'y arrive pas. Parce que trois ans se sont écoulés, parce que seule une demande de divorce l'a décidé à venir la trouver, enfin. Et que ce n'est pas normal. Et que, bien que ce soit important, ce n'est pas leur seul problème. La jeune femme a eu le temps de réfléchir. Comprendre que leur conception d'un avenir commun n'était pas la même. Qu'eux-mêmes ne savent peut-être finalement pas vivre ensemble, au vu des évènements. Mais elle est touchée. - I thought I'd never see you again. Un air triste, qu'elle laisse paraître quelques secondes. Le temps que Syl le perçoit, avant qu'elle ne se ressaisisse. Que les apparences reprennent le dessus. Parce qu'ils n'en ont pas terminé. Peut-être vont-ils pouvoir entrer dans le vif du sujet, maintenant que certaines choses ont été dites. - We're going to talk about it. But first, I need a drink, and you should too. Un double whisky sans glace ne serait pas de trop, au vu de ce qu'ils ont à se dire.

_________________

take a look at me now, well there's just an empty space and you coming back to me against all odds, and that's what i've got to face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: we push and pull like magnets do [w/lyra].   

Revenir en haut Aller en bas
 
we push and pull like magnets do [w/lyra].
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ a touch of magic. :: III. / FORTINGALL, SCOTLAND :: MINTLAW POINT :: The Vine-
Sauter vers: