AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 (worn to the bones)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Delano Price
▪To hell with them. Nothing hurts if you don’t let it
avatar

Messages : 57
Avatar, © : jlc, av/captain
Pseudo : ormond, rona.
Age : thirty years old
Job : former custodian of a museum
Status : no one is the smile to her face or the beat to her heart, let's just say that she's a cold hearted bitch, half of the time
Top wishes : write that f* guidebook and buy enough wine to survive the neighbourood

MARK MY WORDS;
Mood: exhausted
Relationships:
Availability: open

MessageSujet: (worn to the bones)   Mar 27 Déc - 21:02


Delano Price
If it’s not like the movies, then that’s how it should be

i | one thousand paper cranes
nom complet ▪️ Caroline Delano Price. Entre les murs de la bâtisse familiale, on a souvent entendu ses rires, ses cris, les remontrances dédiées à la petite DELANO et depuis, le second prénom  a remplacé le premier, à la fois sur les langues et dans les cœurs. âge, date et lieu de naissance ▪️ un vingt sept juillet, dans une clinique d'Hammersmith, le quartier Londonien à l'époque  du Big Bang financier ayant ébranlé la city. Aujourd'hui, la jeune femme fête ses vingt neuf ans cinq quarts (et cela signifie qu'elle réfléchit déjà aux injections de toxine botulique). nationalité et origines ▪️  anglaise, mesdames et messieurs. Délicate comme une rose et aussi épineuse, à l'occasion, que cela se sache.occupation, diplôme(s) et situation financière ▪️ elle a étudié l'histoire et s'est toujours sentie fascinée par les épopées classiques. Elle s'engage dans la gestion du patrimoine historique et occupe le poste de conservatrice dans un musée consacré à l'histoire anglaise ,pompeux (et paumé) dans un coin particulier où le réseau passe une fois sur six milles, comprenez qu'elle caresse l'idée de changer de poste. Quelque chose au British Muséum ne lui déplairait pas, qu'on s'entende. Mais, elle adore traverser les campagnes à la recherche des bribes d'histoires à raconter alors, elle prend son mal en patience. Elle gagne sa vie , plutôt bien, oui. Rien de très mirobolant, elle ne peut pas se permettre de claquer plusieurs centaines de livre sterling dans un sac à main, comme ça (elle établie toujours une stratégie, avant). état civil et orientation sexuelle ▪️ célibataire, par choix ( les mauvaises langues sont priées d'aller se faire foutre, si possible). Hétérosexuelle malgré quelques dérapages prêtés à la légendaire descente de bière anglaise (et à de la bonne kush). Elle n'a jamais rien connu que des flirts, des liaisons superficielles, parce que comme tout à chacun, elle se refuse d'être blessée par l'amour et toutes ces fichues expressions qui l'accompagnent : tomber amoureux, avoir le coup de foudre. Réductrices et effrayantes. Non, sans façon. situation familiale ▪️ une famille tentaculaire, des parents vigoureux (particulièrement fertiles), une fratrie de six marmots (avec des caractères de plombs et des répliques faisandées). Un équilibre précaire aux réunions familiales (des disputes obligatoires, cela relève du rite chez les Price). Bref, un beau bordel dont Delano est la cadette, donc l'enfant effacé (d'où la nécessité de se faire remarquer en enchainant les conneries). Les fêtes se déroulent à rythme de tragédie grecque (ou de comédie italienne ?). traits de caractère ▪️ Et si parfois, on la raconte sous ses grands airs supérieurs de pétasse psychorigide, Delano est généreuse, déterminée, sociable, consciencieuse, assez volubile, franche. Peut-être que la moitié de ses défauts constitue seulement une déformation professionnelle. Ceci dit, on ne peut pas non plus affirmer que c'est un cadeau, surtout lorsqu'elle hurle sur tout ce qui bouge. Les connasses envieuses diront que ça arrive trop souvent à leur goût (donc à celui de personne). De toute façon, chacune ses tares et ses contemporaines n'en manquent pas. C'est ce qui explique pourquoi elle ne s'entend pas forcément bien avec les individus matérialistes du même sexe. Delano , elle est rusée et prête à tous les subterfuges pour obtenir ce dont elle a besoin, quelque chose d'écrit dans son code génétique et qui s'exprime à l'excès, autrement dit, jusqu'au vice.  groupe ▪️ autumn avatar ▪️ jenna louise coleman

ii | drop of rhum on my tongue
(1) Enchainer les platitudes invoque quelques réactions anaphylactiques de base, chez elle. Un peu d'urticaire, une impression de suffocation liée à un possible oedème de quincke quelque part, au niveau de sa gorge, une envie de tourner de l'oeil sous l'effet des salamalecs et des délires diplomatiques. C'est vrai que la branche histoire regorge (dégorge ou dégueule) d'individus grandiloquents avec des cervelles tenant à peine dans les mille cinq cent mètre cube de boîte crânienne imputés à l'espèce humaine (ou à l'homo sapiens sapiens). Ce qu'il faut retenir, c'est qu'elle essayera à  tous les coups d'esquiver les entretiens à rallonge en inventant les excuses les plus lamentables, voilà, vous êtes prévenus. (2) Dans la famille Price, il arrive qu'on demande celle qui tente par tous les moyens de se faire porter pâle aux grandes excursions familiales hivernales et estivales. Personne n'a l'air de vouloir comprendre que passer toutes ses vacances en bord de mer à bouffer des club sandwiches bourrés de sable et à appliquer de la crème solaire sur le dos incrusté de points noirs d'oncle Bernard n'a absolument rien d'attrayant ni de pittoresque aux yeux de la "snobe que Delano est devenue" - pas ses mots, ceux de sa mère, outrage. (3) Elle se débrouille excellemment en latin, d'après ses dires. Cependant, à chaque fois qu'on lui a demandé de traduire des textes surannées, bizarrement, elle a toujours réussi à éluder. En vérité, elle déchiffre et s'embrouille à tel point , qu'en fait, on peut aisément dire qu'elle est plutôt nulle à chier. (4) Sa ruse n'a d'égale que l'orgueil qu'elle porte autour du cou comme le dernier accessoire à la mode. On lui en fait souvent la remarque : si tu te montrais moins orgueilleuse, Delano. Généralement, celle qui lui a donné la vie  ajoute qu'à son âge, elle était mariée et avait déjà pondu trois rejetons. Évidemment, qu'est-ce qu'elle en sait, cette dernière, de la difficulté de trouver un partenaire de vie correct, possédant tous les critères (c'est à dire : assez de classe, d'indépendance et d'esprit) pour représenter ne serait-ce qu'un ersatz d'homme idéal, elle qui a épousé son amour de lycée, franchement ? Ceci dit, Delano prend son temps, l'histoire a toujours pris son temps, elle ne voit pas pourquoi elle ne ferait pas pareil ? 'D'ailleurs, à mort les blablas scientifiques à deux balles sur cette horloge biologique à fonction de compte à rebours. (5) Elle est l'heureuse tata de dix mouflets. Vous avez bien lu. Alors, imaginez un peu à quoi doivent ressembler les grands rassemblements ? Un faux Bagdad où le sang est remplacé par des traces de ketchup et les hurlements de terreur en rires démoniaques. Comme tout le monde, Delano a ses têtes, notamment Anne-May (six ans, petite dernière de son aîné Stuart) et Moses ( deux ans et six mois, aîné de sa puinée, Jenny). (6) Lorsqu'on pose le regard sur cette jeune femme dotée de style, on s'imagine pas du tout qu'elle est passé par des périodes vestimentaires assez craignos, elle a été : gothique, grunge, écolo (vaguement, ça a duré peut-être trois jours) et loose. Aujourd'hui, elle furète dans les boutiques vintages à la recherche des perles rares et économise pour sa collection de talons. (7) Delano n'écoute pas de musique classique. Elle préfère le jazz. Elle fredonne souvent, des vieux titres, en s'imaginant apprécier l'époque, avec délectation. Elle est née à la mauvais époque. Pour elle, elle appartient aux années 40. Même si, ses goûts sont clairement éclectiques (elle n'échappera pas aux chansons pourries qui passent entre les murs de la baraque familiale)(8.) Elle s'est installée à la hâte, en Écosse, à Fortingal (elle n'arrive jamais avec l'orthographe de cette ville, alors il se peut que celle-ci soit fausse), elle appelle ça "le résultat d'un très très mauvais concours de circonstances" (et personne n'ose la contredire). Elle a investi une maisonnette aux volets bleus, humide à souhait, avec un parquet qui grince. En fait, pour être honnête, elle ne résiste plus au charme de ce trou perdu. (9) Au début, la question qui lui brûlait les lèvres était : pourquoi. Puis, les réponses ont afflué et depuis, elle sait exactement. Elle sait tout. C'est le petites ruelles, le site archéologique, les connards imbus qu'on peut y croiser, le vieil If (comment un végétal peut autant attirer son engouement, ça, par contre, ça lui échappe encore). (10)  Ses frères et sœurs occupent tous des postes dans le milieu médical ou financier, alors, Delano est venu dynamiter les idées préconçues, admiratrice des travaux d'Howard Carter, elle a d'abord été fascinée par l'égyptologie avant de se spécialiser en histoires et courants anglais. Pour faire simple, elle est l'héroïne méconnue d'un Henry Rider Haggard. (11) Il se peut qu'elle ne soit pas très appréciée dans le milieu, passant un peu pour l'entêtée arriviste, aux méthodes étriquées, qui pompe l'air et écrabouille les burnes. A sa décharge, mademoiselle adore ce qu'elle fait (et ne voit rien contre le fait de se donner tous les moyens, à l'occasion).

the other side of a closed door:
 




Dernière édition par Delano Price le Mer 28 Déc - 12:33, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delano Price
▪To hell with them. Nothing hurts if you don’t let it
avatar

Messages : 57
Avatar, © : jlc, av/captain
Pseudo : ormond, rona.
Age : thirty years old
Job : former custodian of a museum
Status : no one is the smile to her face or the beat to her heart, let's just say that she's a cold hearted bitch, half of the time
Top wishes : write that f* guidebook and buy enough wine to survive the neighbourood

MARK MY WORDS;
Mood: exhausted
Relationships:
Availability: open

MessageSujet: Re: (worn to the bones)   Mar 27 Déc - 21:02




settle for nothing


Les regards sont échangés avec retenue, la tasse de thé emprisonnée dans la paume ; la chaleur faisant navette entre l’objet et sa main est grandement appréciée (tant le discours de la vieille dame prend l’incidence d’une berceuse au pouvoir foudroyant). « Je disais, Fortingall vous plait? » - Delano se redresse, invoque le plus beau sourire qu’elle ait en stock, se fustige mentalement d’avoir baissé sa garde. Elle hoche la tête, bien trop vigoureusement pour que cela soit interprété comme sincère ou ne serait-ce que vrai, dans cette dimension ou dans une autre. Elle dépose la tasse, se demandant si ces écossais savent préparer autre chose qu’une pisse chaude ? Le thé Darjeeling a besoin d’être plongé dans l’eau seulement pendant deux minutes. Pas une seconde de plus, cela devrait être érigé au statut de connaissance commune, merde. « J’ai entendu dire que vous étiez archéologue » - ajoute la dame, pour resituer : Delano boit un thé infecte, en compagnie d’une commère de renom, pour résumer, elle subit un interrogatoire qui n’a rien à envier aux techniques utilisées par l’ancien gouvernement russe. Il lui faut une bonne dose de concentration pour réussir à déchiffrer les mots qui se planquent derrière tous les roulements de lettres et autres massacres auditifs imputés à cet accent insupportable. Même après quelques mois passés en ces lieux, ses tympans y semblent complètement réfractaires, nul doute qu’ils le resteront longtemps. S’il faut compter, en plus de tous ces désagréments, les ressorts de ce vieux canapé qui lui labourent prodigieusement les fesses et l’espèce de chant celtique en fond sonore. D’ailleurs, pourquoi les pots-pourris et l’odeur infecte de naphtaline qui embuent l’air, comme pour jouer la fonction « nuage toxique », peut-être qu’elle ne veut pas seulement dormir, peut-être qu’elle succombe doucement vers le coma, la mort ? « Pas exactement, M’dame McCain. Je suis conservatrice d’un musée dédié à l’histoire anglaise, dans la banlieue londonienne » - dans une ville adjacente, située à 3,5 miles de là, pour être précise. Mais, c’est un détail pas vraiment substantiel à la vieille chouette qui n’a surement pas dû quitter son coin douillet depuis la création du parlement écossais, en 1999. « Ah, ç’aurait été marrant qu’vous soyez une version féminine d’Harrison Ford » - Grand Dieu, une version féminine d’Harrison Ford ? Elle n’espère pas ressembler à cet homme, de près comme de loin (en louchant ou la tête à l’envers). Poliment, elle récupère sa tasse et boit une gorgée, histoire de ne pas incendier son hôte. « Oh, que le temps passe vite... » - elle se saisit de son sac à main, posé à ses pieds et se débarrasse de la tasse de thé. Elle se lève, théâtrale au possible, dans l’optique de sortir précipitamment de ce tombeau, avant de se recevoir un pan entier de plafond sur la tête ( ou le lustre à pampille kitsch). « Je suis attendue quelque part » - les remerciements s’en suivent, il lui semble avoir envie de se gratter la gorge, le ventre. Lorsqu'elle met enfin le nez dehors, une minute et trente secondes plus tard (l'équivalent d'une année entière chez les habitants de la planète Mars), elle prie fort le ciel de ne plus avoir à subir pareille torture (sans , au moins, avoir quelques millilitres d'alcool dans le sang). Elle n'est plus vraiment conservatrice de musée, maintenant qu'un enfoiré lui a usurpé son rôle et elle n'est pas une version féminine d'Harrison Ford mais celle d'Allan Quatermain, c'est différent (plus prestigieux). Ce qui échappe à tout le monde, c'est qu'elle compte écrire un guide, de Fortingall, plus complet que ceux qui ont déjà vu le jour, plus riche. Encore faut-il qu'elle sache bien s'entourer.


Dernière édition par Delano Price le Mer 28 Déc - 12:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Basil Cobalt
◦ you want a heart in this life, you pay for it.
avatar

Messages : 552
Avatar, © : irons (©clau aka picasso).
Multinicks : syl, daphne.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-nine years old and a severe case of peter pan syndrome.
Job : owner of the sceptic's companion, a bar in central fortingall.
Status : cute but psycho.
Top wishes : avoid problems, get out of this shithole of a town for a bit, visit Rob's grave.

MARK MY WORDS;
Mood: dry.
Relationships:
Availability: open / fr - eng.

MessageSujet: Re: (worn to the bones)   Mar 27 Déc - 21:27

Le personnage s'annonce super, et puis Jenna.
Bienvenue, je vais probablement vouloir un lien.

_________________
you and I are two oceans apart, we're on earth to break each others hearts, in two.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delano Price
▪To hell with them. Nothing hurts if you don’t let it
avatar

Messages : 57
Avatar, © : jlc, av/captain
Pseudo : ormond, rona.
Age : thirty years old
Job : former custodian of a museum
Status : no one is the smile to her face or the beat to her heart, let's just say that she's a cold hearted bitch, half of the time
Top wishes : write that f* guidebook and buy enough wine to survive the neighbourood

MARK MY WORDS;
Mood: exhausted
Relationships:
Availability: open

MessageSujet: Re: (worn to the bones)   Mar 27 Déc - 21:40

ah, merci pour ces mots (max est un excellent choix également)
avec grand plaisir pour le lien, j'espère que ça pourra se faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (worn to the bones)   Mer 28 Déc - 10:57

bienvenue parmi nous. I love you
je suis certaine qu'on devrait pouvoir se trouver un lien entre nos deux futures trentenaires.
Revenir en haut Aller en bas
Delano Price
▪To hell with them. Nothing hurts if you don’t let it
avatar

Messages : 57
Avatar, © : jlc, av/captain
Pseudo : ormond, rona.
Age : thirty years old
Job : former custodian of a museum
Status : no one is the smile to her face or the beat to her heart, let's just say that she's a cold hearted bitch, half of the time
Top wishes : write that f* guidebook and buy enough wine to survive the neighbourood

MARK MY WORDS;
Mood: exhausted
Relationships:
Availability: open

MessageSujet: Re: (worn to the bones)   Mer 28 Déc - 11:46

joan, elle est magnifique Teresa.
il est fort certain , oui. Avec plaisir pour le lien
merci, beauté.

_________________


❤️  ❤️  ❤️
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syl Crenshaw

avatar

Messages : 70
Avatar, © : travis fimmel (©hepburns).
Multinicks : basil.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : thirty-five and not getting any younger.
Job : historian and archeologist, modern day indiana jones wannabe.
Status : in limbo, sort of.
Top wishes : get the wife back, chill out for a while.

MARK MY WORDS;
Mood:
Relationships:
Availability:

MessageSujet: Re: (worn to the bones)   Mer 28 Déc - 12:51

Toujours aussi fan de perso, et également de la plume.
Avec ce personnage-ci, on devrait pouvoir trouver un lien sans trop de problème.
Par contre je vais juste te demander de remplir ton profil pour pouvoir te valider, après tout sera parfait. I love you
edit : ça été fait entre temps, my bad. Bon jeu!

_________________
bittersweet nectar drips from the fractures in the guarded depths of your heart. didn’t your mother tell you not to break your toys? 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (worn to the bones)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(worn to the bones)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ a touch of magic. :: II. / WE ARE, EACH OF US, A LITTLE UNIVERSE :: IN EVERY MAN THERE IS A CHILD :: LOVE AND SOME VERSES-
Sauter vers: