AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 ▪ while i'm gone, dream me the world.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syl Crenshaw

avatar

Messages : 70
Avatar, © : travis fimmel (©hepburns).
Multinicks : basil.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : thirty-five and not getting any younger.
Job : historian and archeologist, modern day indiana jones wannabe.
Status : in limbo, sort of.
Top wishes : get the wife back, chill out for a while.

MARK MY WORDS;
Mood:
Relationships:
Availability:

MessageSujet: ▪ while i'm gone, dream me the world.   Dim 25 Déc - 12:11


syl crenshaw
if it is good then it won't stay
then it's gone and it falls and it breaks

i | one thousand paper cranes
nom complet ▪ Jonah Sylvester Crenshaw. Non seulement il est le portrait craché de son paternel, ce dernier devait aussi lui refiler son prénom. C'est comme ça, par besoin de démarcation, cette nécessité viscérale de montrer qu'il est sa propre personne, qu'il tape du pied et décide de se faire appelé Sylvester et finalement Syl, simplement Syl. âge, date et lieu de naissance ▪ Lone Oak, Texas. Population : 412. Un village aussi solitaire que son nom le laisser présager, figé, vieux et poussiéreux. Il en parle comme son enfer personnel, mais ce n'est pas parfaitement exact. Lone Oak n'a jamais été si mal que ça, au final, c'est juste lui qui n'y a jamais été adapté et ça, ça lui a pris des années à le comprendre. Il a beau être né il y a 35 ans, c'est le jour où il quitte sa bourgade natale, à 18 ans, qu'il voit vraiment le jour pour la première fois. nationalité et origines ▪ L'accent le trahit, il a les syllabes ondulantes, des racines qui s'enfoncent jusque dans le fond de sa gorge. Américain, texan. occupation, diplôme(s) et situation financière ▪ Docteur en histoire, archéologue pour le British Museum de Londres et sérieux concurrent au poste de curateur qui se libérera dans quelques années. Une vocation que sa famille n'a jamais compris qui s'esquisse quand il aperçoit Harrison Ford faire claquer son fouet dans son écran de télévision. Si le réalité du terrain est bien différente de ses idéaux de gamin, il n'en apprécie pas moins son travaille et est entièrement passionné par lui. Personne n'aurait pu le prédire, sa réussit il se la doit et il est heureux de pouvoir le clamer. Ses finances ne se sont jamais mieux portées. Il gagne effectivement bien sa vie, il ne peut le cacher. état civil et orientation sexuelle ▪ Il n'a eu qu'un seul grand amour dans sa vie, Syl. Une alliance orne sa main gauche, signe d'une promesse qu'il a faite il y a dix ans déjà et à laquelle il se tient encore pour le meilleur comme le pire, même si tout ne s'est pas passé comme prévu et si certaines choses se sont perdues en cours de route. situation familiale ▪ Fils unique destitué, il n'a pas adressé la parole à ses parents depuis qu'il a quitté le nid. Il a toujours considéré son père comme un ignare autoritaire et sa mère, aussi douce et altruiste qu'elle est, ne fait que susurrer ses indignations et n'a jamais pu lui tenir tête. traits de caractère ▪ excentrique, idéaliste, taciturne, arrogant, érudit, aussi têtu qu'une mule, solitaire, curieux, distrait, égocentrique, pragmatique, ambitieux, rationnel, ingénieux, entier, adroit, vif, fin stratège, perfectionniste, manipulateur. groupe ▪ réponse ici. avatar ▪ Travis Fimmel.

ii | drop of rhum on my tongue
Un Crenshaw, c'est born and raised in Lone Oak, Texas. Et puis, enterré là aussi. Ça ne perd pas son temps le nez dans un atlas, à rêver d'ailleurs. Un Crenshaw, c'est un quarterback adulé, le roi de la promo. Ça vit ensuite éternellement dans ses jours de gloire de lycée, comment inconscient de sa bedaine enflée et son foie pourri. Un Crenshaw, ça écoute ses pères et ça n'a certainement pas l'ambition d'aller plus loin qu'eux. Ça reprend la petite boutique d'outillage familial et c'est satisfait de son sort. Ça épouse une fille de bonne famille, blanche, protestante et soumise, même si ça a les yeux et les doigts baladeurs. Un Crenshaw, ça ne va pas à l'université, encore moins à Harvard. Ça n'a pas la soif d'apprendre et ça ne pense pas par lui-même non plus. Un Crenshaw ne fait pas le guignol en costard. Ça ne trimbale pas ça carcasse de pays en pays, ça ne boit pas de grands crus. Un Crenshaw, ça ne coupe pas les ponts avec sa famille, quoiqu'elle lui dise. Peut-être que c'est pour ça que Jonah Crenshaw, premier du nom, dira à son fils qu'il n'est plus un Crenshaw. --- You're gonna go far, kid. Il a du cran, Syl, et aussi un esprit bien huilé derrière sa petite tête blonde. Il questionne tout et ne prend rien pour acquis. Les interrogations sont continues et surement un peu trop insolentes, si bien qu'au final on doit lui demander de la fermer. C'est ça qu'il veut, lui, pousser les gens dans leurs retranchements. Ça l'amuse de les voir se contorsionner, tentant d'éviter d'avouer leur propre ignorance. De la maternelle jusqu'au dernier jour des ses années lycée, ses professeurs le qualifient comme problématique. Il ne se plie pas au système, Syl n'est l'esclave de rien ni personne, il le remet constamment en doute. C'est seulement quand il arrive à l'université qu'il parvient enfin à trouver sa place. Et quelle place ! Harvard, rien que ça. S'il a pensé qu'il serait juste un pauvre gars sorti de sa campagne parmi toutes ces bêtes de course, la réalité est toute autre. L'entrée à la université est salvatrice. Elle lui ouvre les yeux sur le monde qui l'entoure et il a été incapable de les fermer depuis. Elle marque aussi la rupture avec sa famille mais il s'en porte bien. --- Poussière un jour, poussière toujours. Fils du vent, du grand air ; il réside officiellement à Londres mais n'est en réalité que très peu chez lui. Les années sur les bancs de l'école lui ont appris beaucoup, mais au final sa place est dehors, au grand air, il ne pourrait jamais envisager une carrière qui l'enferme entre quatre murs. Archéologue, il passe le plus clair de son temps sur des sites de fouilles, à parcourir le globe à la recherches d'objets précieux et fascinants. --- Plutôt bavard, il a possède une aisance indéniable à l'oral et un don pour captiver son audience. S'il exerce l'art de la conversation avec finesse et jongle habilement avec un tas de sujets différents, il ne parle jamais de lui. Une particularité qu'il est difficile de remarquer aux premiers abords, il est assez doué pour dévier l'attention de sa vie privée. Diplomate quand il souhaite l'être, il peut aborder des sujets sensibles avec beaucoup de tact quand il y met le cœur. Fin manipulateur, c'est un stratège qui a tendance à juger les personnes selon l'avantage qu'elles pourraient lui apporter comme un joueur d'échec place ses pions sur un plateau de jeu, au moins dans un premier temps. Cela ne veut certainement pas dire qu'il prospère dans les situations où ses capacités sociales sont sollicitées. A vrai dire, il n'est jamais aussi heureux qu'en compagnie de ses livres. --- Il a toujours été doué de ses dix doigts. C'est un touche à tout qui, après avoir grandi dans une vielle ferme, est familiarisé avec la plupart des petits bricolages ménagers du quotidien mais qui parvient également à aisément acquérir les compétence nécessaire pour des travaux plus précis. Un talent certain qu'il a presque eu peur d'avoir oublié après toutes ces années où il l'a laissé sommeiller. Autodidacte et indépendant, il est d'avis qu'on est toujours bien mieux servi par soi-même et s'entête à tout faire lui-même, quitte à ce que ça prenne des années. Syl a récemment fait l'acquisition d'une vieille bâtisse qu'il compte bien retaper de fonds en combles. Une pause professionnelle qu'il s'accorde après plusieurs années de travail sans relâche.


the other side of a closed door:
 



_________________
bittersweet nectar drips from the fractures in the guarded depths of your heart. didn’t your mother tell you not to break your toys? 



Dernière édition par Syl Crenshaw le Mar 27 Déc - 13:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syl Crenshaw

avatar

Messages : 70
Avatar, © : travis fimmel (©hepburns).
Multinicks : basil.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : thirty-five and not getting any younger.
Job : historian and archeologist, modern day indiana jones wannabe.
Status : in limbo, sort of.
Top wishes : get the wife back, chill out for a while.

MARK MY WORDS;
Mood:
Relationships:
Availability:

MessageSujet: Re: ▪ while i'm gone, dream me the world.   Dim 25 Déc - 12:12

you are not my happy ending. you are my
checkered past, my fickle present, my uncertain future -
and who needs happy when I have you?

________________________________
La dispute était partie d'un rien. Elles partaient toujours d'un rien, comme s'ils attendaient la première occasion pour délier leurs langues, pour enfin laisser paraître les monstres sanguinaires qui sommeillaient en eux et les laisser prendre le dessus, allant tout droit à la jugulaire. Syl se tenait dans le cadre de la porte alors qu'il la regardait remplir sa valise à la hâte. Si on regardait par la fenêtre, on aurait presque pu croire qu'on assistait à une scène ordinaire dans la vie conjugale, juste un jour parmi tant d'autres. Un sentiment d'agitation, ou peut-être de désespoir, transpirait dans le tableau comme un arrière-goût amer dans la bouche mais on aurait facilement pu l'attribuer à un adieu, déchirant mais provisoire, entre deux amants. Il fallait le contempler de plus près pour discerner toute la spécificité de la situation. Il fallait s'approcher pour tenir compte de l'air de défi corrosif qui dominaient leurs deux visages, il fallait coller l'oreille à la vitre pour entendre les remarques passives-agressives lancées au vol dans des voix tremblantes, brisées.   Find me when you've come back to your senses , lâche-t-elle en le bousculant pour se frayer un passage, s'empressant vers la sortie. Syl aurait peut-être été plus alarmé par la situation si elle ne s'était pas si souvent répétée. Si Lyra n'avait pas déjà fait sa valise just to make a point un nombre incalculable de fois. Alors son instinct lui crie laisse-la partir, elle reviendra. Pourtant, les jours passent et le coussin de Syl ne sent déjà plus plus comme son parfum fleuri alors que la porte d'entrée reste fermement close. Les jours deviennent semaines et merde, mais où est-ce qu'elle achète son curry ? Ou c'est peut-être parce qu'elle est partie que plus rien n'a le même goût. Il entend encore la porte claquer comme un bourdonnement calomnieux dans ses tympans. Les semaines deviennent mois et il décide de vendre leur appartement parce qu'il en marre de la voir partout.  Dans la salle de bain à se maquiller, sur le sofa à lire un magasine, nue dans son lit. Dans chaque coin, derrière chaque porte. Une silhouette furtive, un fantôme qui le hante. Surprise : il vit autre part mais elle est toujours là, à le narguer. Les mois deviennent années et une demande de divorce a atterri sur son bureau. Envoyée il y a trois mois, que dit le putain de morceau de papier. Il était perdu au fin fond du Pérou occupé par ses fouilles. Qu'on ne me dérange pas, qu'il a décrété, à moins qu'il s'agisse d'un cas de force majeure. Visiblement, son épouse qui revient sur ses vœux sacrés until death do us apart n'avait pas été perçu comme tel. Les mois étaient devenus années et for fuck's sake, il attendait toujours, lui. Parce que c'était ce à quoi se résumait leur relation, quelque part, attendre de voir qui sera le plus con des deux. Qui sera le premier à flancher, à abandonner ? Qui se décidera à avaler sa fierté ? Dans sa vie, son entêtement à l'épreuve de tout à autant été un frein qu'un tremplin. Il a beaucoup de défauts, Syl, mais on décerne aisément la palme à son incapacité totale à admettre ses tords et finalement il se prend la claque d'une existence en pleine figure. Mais peut-être que c'était ce qui lui fallait, au final, parce que le lendemain il est devant chez Lyra. Il frappe. Sorry I'm late. Impétueux, il la fixe en souriant, comme s'il avait trois minutes de retard et pas trois longues années. Les joues rosies et les cheveux en bataille, Lyra le fixe avec les lèvres légèrement entrebâillées, comme si elle n'était pas encore sûre d'être parfaitement réveillée. Comme si elle avait à faire à un songe étrange, un mirage. Il lui fait quelques minutes pour reprendre ses esprits et lui claquer la porte au nez. Syl rit de plus belle.

_________________
bittersweet nectar drips from the fractures in the guarded depths of your heart. didn’t your mother tell you not to break your toys? 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ▪ while i'm gone, dream me the world.   Dim 25 Déc - 17:58

UN TEXAN.
puis ce début de fiche, damn, je suis déjà fan du bonhomme.
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Barsentti

avatar

Messages : 454
Avatar, © : jamie dornan (©anaïs)
Multinicks : kali, vera.
Pseudo : catwalks, clau.
Age : thirty-one years-old, big'ol'guy.
Job : hates his job, works at his best mate bar.
Status : single af, try to win his ex back.
Top wishes : kill him and then drink to forget with him, bring her to london, do something for valentine's day.

MARK MY WORDS;
Mood: uncertain.
Relationships:
Availability: available - fr/ang.

MessageSujet: Re: ▪ while i'm gone, dream me the world.   Mar 27 Déc - 7:26


_________________
- darkness steps close to his soul and he laughs, amused and confused not knowing whether to leap into it or away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairylights.forumactif.com
Syl Crenshaw

avatar

Messages : 70
Avatar, © : travis fimmel (©hepburns).
Multinicks : basil.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : thirty-five and not getting any younger.
Job : historian and archeologist, modern day indiana jones wannabe.
Status : in limbo, sort of.
Top wishes : get the wife back, chill out for a while.

MARK MY WORDS;
Mood:
Relationships:
Availability:

MessageSujet: Re: ▪ while i'm gone, dream me the world.   Mar 27 Déc - 12:46

Merci Aritz.


_________________
bittersweet nectar drips from the fractures in the guarded depths of your heart. didn’t your mother tell you not to break your toys? 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ▪ while i'm gone, dream me the world.   

Revenir en haut Aller en bas
 
▪ while i'm gone, dream me the world.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Disney's Animal Kingdom à Walt Disney World Resort
» I had a dream!
» Les hotels Disney sont devenus hors de prix meme avec PA DREAM !!!!!!
» [Hôtel partenaire] Vienna House Dream Castle
» [HTC DREAM] Le Dream en détails.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ a touch of magic. :: II. / WE ARE, EACH OF US, A LITTLE UNIVERSE :: IN EVERY MAN THERE IS A CHILD :: LOVE AND SOME VERSES-
Sauter vers: