AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 you can show me where trouble goes [w/niomi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Basil Cobalt
◦ you want a heart in this life, you pay for it.
avatar

Messages : 552
Avatar, © : irons (©clau aka picasso).
Multinicks : syl, daphne.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-nine years old and a severe case of peter pan syndrome.
Job : owner of the sceptic's companion, a bar in central fortingall.
Status : cute but psycho.
Top wishes : avoid problems, get out of this shithole of a town for a bit, visit Rob's grave.

MARK MY WORDS;
Mood: dry.
Relationships:
Availability: open / fr - eng.

MessageSujet: you can show me where trouble goes [w/niomi]   Lun 19 Déc - 1:28

SOME GIRLS ARE FULL OF HEARTACHE AND POETRY AND THOSE ARE THE KIND OF GIRLS WHO TRY TO SAVE WOLVES INSTEAD OF RUNNING AWAY FROM THEM.
------------------------------------------------------------------------
Chill, Morello. We are not lost , lance-t-il en se mordant la lèvre, les yeux fixés sur l'horizon, déjà quelques pas en avance sur son interlocutrice. Il fronce les sourcils, cherchant l'erreur tout en niant l'évidence. Le soleil commence à vaciller et ils marchent depuis plus d'une heure déjà, la ville devrait être en ligne de mire. Et pourtant, rien de plus que la quiétude sauvage et ininterrompue de la nature. Juste quelques mètres encore. Parce que, non, Basil ne peut pas s'être perdu, pas dans son glen natal. Il a poussé son premier cri perdu quelque part dans la vallée avec les collines et les montagnes pour témoins, y a probablement été conçu. Il a le vent de nord qui hurle dans ses veines, la terre et l'argile pour chair. Il connait le glen comme l'intérieur de sa propre poche, si bien qu'il pourrait presque s'y retrouver les yeux bandés. Ou du moins, c'est ce qu'il pensait puisqu'il pourrait jurer qu'il a déjà vu cet arbre deux fois. Est-il en train de tourner en rond ? Il s'arrête et laisse Niomi le rattraper. Il aurait pu trouvé la situation cocasse - plus qu'une probabilité à vrai dire, une certitude - si elle n'avait pas été celle à ses côtés. C'est lui a proposé de s'éloigner des sentiers battus, de s'aventurer hors des chemins tracés pour découvrir ce que le monde leur réserverait. Peut-être une nouvelle façade à escalader ? Basil a été certain de pouvoir retrouver son chemin, le contraire ne lui a même pas traversé l'esprit. Manifestement, il s'est trompé. Encore une fois, il démontre que l'hybris est son péché capital. Fine, maybe we're just slightly lost , avoue-t-il finalement dans un soupire, vaincu. Il sort son cellulaire de sa poche. Constat : aucun réseau. Pas qu'il s'en étonne. Il lance un regard furtif à son acolyte, soudainement accablé par la culpabilité. Elle a beau avoir l'esprit aussi aventurier que lui-même, il doute qu'il apprécie d'être perdue en pleine forêt et il déteste être celui qui la met dans une situation inconfortable plus encore qu'être confronté à son erreur de jugement. La nuit tombe rapidement et l'astre du jour emporte avec lui tous leurs espoirs de rentrer chez eux ce soir. Il se met à fouiller son sac à dos, inspectant l'équipement qu'il a emporté avec lui pour la randonnée d'aujourd'hui, tentant de se remémorer les fondements de la survie en milieu hostile. Well, at least I'm here to keep you company, right? And for warmth too. Il lui offre un sourire en coin, celui qu'il utilise à chaque fois qu'il se fait prendre la main dans le sac, un classique qui a dûment prouvé ses mérites. Un sourire qui fait appel à des instincts basiques, oops. I'm sure your dear daddy has half the town looking for you already anyway. , dit-il avec un ricanement amer, appréhendant le sermon à venir, il peut presque sentir l'intensité de la folie meurtrière du docteur au loin et il se demande si ça pourrait suffire à le guider tout droit à la source. Comme s'il avait besoin d'ajouter un nouveau point à la liste "why murdering Basil Cobalt in cold blood is absolutely worth it" qui est déjà bien trop longue.  Presque comme s'il le faisait exprès.

_________________
you and I are two oceans apart, we're on earth to break each others hearts, in two.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niomi Morello
too precious for heaven, yet too vicious for hell
avatar

Messages : 45
Avatar, © : ade kane (©belispeak)
Multinicks : adrian, kali.
Pseudo : catwalks, clau.
Age : twenty-four, not caring much.
Job : nurse, but love interior decor.
Status : gotta put her big girls panties on
Top wishes : visit dad more often, do not spill the bean.

MARK MY WORDS;
Mood: tgif.
Relationships:
Availability: available - fr/ang.

MessageSujet: Re: you can show me where trouble goes [w/niomi]   Lun 19 Déc - 2:39

I need a man, a man who can act like a man
so hear me now, I don't get paid to babysit no one

Ils étaient perdus, foutus, tous les adjectifs semblaient être approprié pour un scénario tel quel. Ils marchaient, indéfiniment, et elle pouvait voir avec ses yeux bruns qu'ils reprenaient toujours la même direction, la route semblant s'allonger et s'éterniser à chaque pas. Chill, Morello. We are not lost. Chill. Bien sûr, elle prendrait une grande respiration, digne des professionels de yoga et tout irait parfaitement bien par après. Non, ça ne fonctionnait jamais, cette journée ne pourrait pas aller mieux. Une panique intérieur lui fit rouler les yeux.   Fine, maybe we're just slightly lost. Ses yeux sortent de ses orbites alors qu'il jette comme une bombe ses paroles à sa tête. Tout autour devient obscur en une fraction de seconde qu'elle compte comme un sablier. This is what you call slightly? , commença-t-elle, avec un calme qui lui avait échappé à présent, l'alarme déclenché depuis plusieurs minutes déjà. Can't wait for the very, then. Son tempéramment normal très innofencif et pas assez étroit, ne lui aurait jamais permi un tel écart si ce n'était la panique général qui se répendait dans tous ces membres. Son coeur palpite plus vite, sa main retrouve sa poitrine dans un geste désespéré. Well, at least I'm here to keep you company, right? And for warmth too. Sa main tomba instantannément et ses joues s'empourprèrent aussitôt, vivement d'une teinte rosé visible à travers la nuit qui jettait son dévolu sur la forêt. La chaleur, la survie, bien sûr. Ses innuendos n'étaient qu'à titre existensiel, pourquoi voudrait-il d'une jeune femme comme elle, Niomi poussa le plus loin possible dans sa tête toutes les pensés qui se forgent un endroit malsain. I'm sure your dear daddy has half the town looking for you already anyway. Si seulement c'était vrai, malheureusement, James Morello s'était habitué aux excursions de sa fille qui lui avait dit plusieurs jours plus tôt de lui laisser de l'espace. Ça ne jouait pas en leur faveur. I- I can't stay here. La Morello tournait en rond, se mordant l'intérieur de la joue comme réconfort et tic nerveux. La terre semblait se dérobé sous ses pieds, l'équilibre se perdait. Aucunement question qu'elle passe la nuit en compagnie de Basil, perdu ou non, elle continuerait jusqu'à son dernier souffle de trouver la sortie. I may like to defy the odds with my death, but I-I'm afraid of dark forest. A lot. Le fait qu'elle ne voulait pas mourir d'hypothermie n'ajoutait qu'à l'inombrable liste de raisons de s'enfuir en courant, un point. Certes, son sac de couchage hypothermique fournis par son père pourrait devenir une aide, Niomi voulait écarter toute réponse qui comprenait cette alternative. Plus, I asked daddy to give me space. La brunette posa son sac sur le sol, au bord des larmes, prenant une grande respiration. Suivit ensuite le moment où elle sortit son sac de couchage pour se couvrir. Son regard, attiré par celui de Basil, et se rappelant des clins d'oeils, prit une nouvelle peur. Une qu'elle tentait de ne pas être confronté. Bloody hell, we'll have to share, won't we? Référant à la couverture. Niomi roula des yeux, les fermant quelques secondes. Son pire cauchemar se réalisait. La forêt ne lui faisait plus autant peur, l'aternative de se retrouver collé contre Basil, était encore plus terrfiante. Un bruit la fit sursauté, et sans s'en rendre le moindrement compte, elle s'était rapprocher du Cobalt. Don't you dare say anything, or I will sing Let It Go, and I do not have a great voice. L'envie de se blottir sur quelqu'un n'avait jamais été aussi pressante, mais elle ne voulait pas ajouter à la liste de ce que Basil lui ferait rappeler éternellement.

_________________
beneath the stillness of waters and the stiffness of her body. her soul, satin, serene, overflowing, over-feeling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Basil Cobalt
◦ you want a heart in this life, you pay for it.
avatar

Messages : 552
Avatar, © : irons (©clau aka picasso).
Multinicks : syl, daphne.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-nine years old and a severe case of peter pan syndrome.
Job : owner of the sceptic's companion, a bar in central fortingall.
Status : cute but psycho.
Top wishes : avoid problems, get out of this shithole of a town for a bit, visit Rob's grave.

MARK MY WORDS;
Mood: dry.
Relationships:
Availability: open / fr - eng.

MessageSujet: Re: you can show me where trouble goes [w/niomi]   Jeu 22 Déc - 3:52


 I- I can't stay here. I may like to defy the odds with my death, but I-I'm afraid of dark forest. A lot. Basil avait dix ans lorsque, une fois, il avait défié sa sœur cadette, Bianca, de grimper plus haut que lui dans le vieux chêne au fond de leur jardin, celui que leurs parents leur avaient explicitement interdit de gravir - le regard insistant de son père s'était arrêté sur la mine défiante de Basil quelques secondes de plus que sur celle des autres membres de la fratrie Cobalt - jugé beaucoup trop dangereux. Dans l'ascension de la blondinette, une branche trop fébrile céda sous son poids. Il se souvient du bruit sec, retentissant dans le soudain silence ambiant, comme si la nature s'était aussi arrêtée de respirer pour regarder le destin dévoiler ses cartes. Il aurait juré qu'une longue minute s'était écoulée, juste assez longtemps pour qu'il prenne intégralement conscience de la gravité de la situation, entre le moment où la brindille avait lâché et celui où sa petite sœur s'étendait dans l'herbe fraîchement coupée, inerte, presque comme si elle avait simplement voulu somnoler sous les rayons cléments du soleil. La chute avait été inévitable, le bras de Bianca brisé. Il se rappelle encore clairement du sermon de leur mère, si bien qu'il pourrait sans doute le répéter mot pour mot. S'il avait envie d'être un idiot, c'était son affaire, mais il ferait bien de se soucier de l'impact de ses propres bêtises sur les autres. En cet instant, il pourrait tout aussi bien être le gamin de dix ans qu'il avait été - il se dit d'ailleurs souvent que peu a changé depuis cette époque - impuissant face aux conséquences de ses actes trop peu réfléchis. Il questionne son inhabilité manifeste à apprendre de ses erreurs, ce sont les mêmes, encore et encore, qui se répètent à l'infini. Les leçons, aussi durement gagnées soient-elle, sont toujours éphémères et malgré les belles promesses de ne plus jamais recommencer, il s'en retrouve constamment à la même case, retour au départ. Pourquoi toutes ses capacités, peu effectives soit mais néanmoins là, de remise en question lui font-elles à chaque fois défaut dans ses moments-là ? Qu'est-ce qui ne va pas bien dans son rapport au danger ? Plus, I asked daddy to give me space. Quand il a rencontré Niomi, il s'est dit qu'il avait finalement rencontré quelqu'un d'aussi cinglé que lui, parce qu'il faut une bonne dose de démence pour risquer quotidiennement sa vie simplement pour le plaisir. Un goût démesuré pour les sensations fortes les ont rapproché et à servi de fondement à une amitié qui les lie depuis quelques moins maintenant. Un attachement inattendu qui a accru si rapidement qu'il passe désormais une bonne partie de son temps libre avec elle, d'ordinaire dehors, comme aujourd'hui, au grand air. Mais à chaque fois que Niomi rentrait chez elle trempée, couverte de boue ou de bleus, il a droit à un regard noir de la part du patriarche Morello qui transpire le mépris sans équivoque propre aux pères qui affrontent une entrave indiscutable au bien-être de leur fille. Basil a eu beau tenter de raisonner avec lui, tenter de lui faire voir que Niomi est en âge de prendre ses décisions toute seule, il s'est heurté à une oreille sourde à répétition, à un mur d'entêtement qu'il est incapable de fissurer sans commettre de dégâts collatéraux. And he agreed to? That's quite the news. Il ne peut cacher son étonnement alors qu'il s'accroupit au sol. Il n'a jamais compris leur relation et se force à rester hors de leurs histoires - il a connu assez de drames père/fille pour une existence entière. Et puis, qui est-il pour les juger ? Il maudit toutefois leur timing - fallait-il vraiment qu'il choisisse ce moment-ci pour la laisser tranquille ? Congrats, you're basically an adult now , finit-il avec un sourire sardonique. Basil vide le contenu de son sac à dos sur le sol pour en mieux faire l'inventaire. Une lampe torche, une corde, un briquet, quatre barres protéinées, une gourde, et un baume anti-inflammatoire. Ils devront faire avec. Bloody hell, we'll have to share, won't we? Sa voix le tire de ses calculs et il lève les yeux vers elle, alors qu'elle tient son sac de couchage à la main. En effet, il n'en a pas emporté un avec lui, certain de revenir à son propre lit pour la nuit. Et Niomi ne semble pas enchantée à l'idée de partager le sien. Elle sursaute soudainement, visiblement effrayée. Constatant qu'l s'agit d'une fausse alerte, son air affolé se transforme en embarras alors qu'elle prend conscience que non seulement Basil n'a pas perdu une miette du spectacle, mais elle s'est également considérablement rapprochée de lui dans son anxiété. Don't you dare say anything, or I will sing Let It Go, and I do not have a great voice. Il ne peut cacher son amusement. C'est le truc avec Niomi, la raison pour laquelle il est si aisé de passer autant de temps avec elle, elle le fait rire. Pas un rictus moqueur, pas un sourire sarcastique. Mais un véritable rire, le genre qui donne mal aux joues et qui panse les âmes meurtries. Il est ici avec et nulle part ailleurs : il parvient finalement à faire abstraction de son quotidien, aussi merdique soit-il, pour se laisser emporter par le moment présent. Elle est devenue une sorte d'échappatoire, un refuge dont il garde le secret, où il peut simplement être Basil, débarrassé des bagages qui lui collent à la peau. Is that honestly what you're worried about? , demande-t-il. Il n'est pas vraiment enchanté par l'idée de partager un sac de couchage avec elle, principalement de peur que ça rende les choses bizarres entre eux. Il préfère néanmoins la voir inquiète de sa proximité physique plutôt que de leur position actuelle - il peut contrôler la première, au moins. Et c'est en définitive quelque chose sur quoi jouer pour lui faire penser à autre chose.  It'll be a friendly, practical cuddle. Nothing more. Don't be such a perv, it's making me uncomfortable , annonce Basil avec un sourire en coin. Il ne peut nier qu'il y a quelque chose d'infiniment drôle à la taquiner, elle qui s'empourpre pour un rien. Ils forment un duo pour le moins insolite. Il rassemble rapidement ses affaires et les fourre à nouveau dans son sac, qu'il enfile sur une épaule avant de lever. Il tend deux barres à Niomi avant d'empocher les deux autres. Come on, let's try to find some kind of shelter while there's still light. Qui passe suffisamment de temps avec lui pour s’apercevoir de sa disparition ? Probablement personne, quiconque le connait sait qu'il est susceptible de s'évanouir dans la nature le temps d'une nuit. Il espère simplement que ça ne sera pas un problème au bar où il est censé se présenter un peu plus tard dans la soirée. Adrian. Adrian, son meilleur ami revenu récemment en ville, verrait que quelque chose ne tourne pas rond. Adrian sait à quel point Basil tient au bar et qu'il faudrait, assez littéralement, un cas de force majeure pour qu'il fasse le pas dessus. You might want to start singing now, love, at least it'll send every wild animal running away. As for myself, I'd say I can endure pain pretty well. Il se tourne vers Niomi, sourire aux lèvres, avant de prendre conscience de l'étendue véritable de son inconfort. Il pose une main sur son épaule dans un geste qu'il veut rassurant. Hey, don't be scared okay? It's exactly the same harmless place at night than it is the day. Nothing's going to happen, I promise. Il se mord la lèvre, lui-même conscient de la valeur douteuse de ses promesses.

_________________
you and I are two oceans apart, we're on earth to break each others hearts, in two.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niomi Morello
too precious for heaven, yet too vicious for hell
avatar

Messages : 45
Avatar, © : ade kane (©belispeak)
Multinicks : adrian, kali.
Pseudo : catwalks, clau.
Age : twenty-four, not caring much.
Job : nurse, but love interior decor.
Status : gotta put her big girls panties on
Top wishes : visit dad more often, do not spill the bean.

MARK MY WORDS;
Mood: tgif.
Relationships:
Availability: available - fr/ang.

MessageSujet: Re: you can show me where trouble goes [w/niomi]   Mar 27 Déc - 1:17


And he agreed to? That's quite the news. Congrats, you're basically an adult now James Morello n'appréciait pas Basil, ça n'arriverait jamais, autant mettre une croix. Le docteur connaissait bien la famille Cobalt, il avait probablement du mettre au monde les derniers. Alors savoir que sa seule fille, passait le plus clair de son temps avec le jeune homme, à risquer sa vie, n'aidait en rien à la cause de Basil. Qu'il accepte après les plaintes et supplications de sa fille, ça, ce n'était en rien surprenant. Elle promit de faire attention, de ne pas s'aventurer dans des terrains inconnus. Et même s'ils étaient perdus en ce même moment, elle était adulte et l'adrénaline qui montait en elle, lui procurait une sensation plus que réelle. Son indépendance était accueillit avec un long et large soupir, traversant ses lèvres roses. Is that honestly what you're worried about? La forêt, les montages, rien ne paraissait plus terrifiant que la perspective de se rapprocher du Cobalt. Niomi ne pouvait nier qu'il était très attirant, comme un aimant, elle revenait toujours vers lui. Eut-elle bloquer son numéro, qu'elle l'appellerait deux minutes après en s'excusant mentalement, sans qu'il n'en sache rien. Affrontait-elle tous les dangers, mettait sa vie à risque, pour un homme? Nonsense, pensait la Morello. Bienq qu'elle fut intéressé, il n'en serait pas semblable pour lui. S'il traînait avec elle, la raison ne lui plairait pas. Ainsi elle était terrifié, effrayé, tétanisé. Mauvaise actrice, mauvaise menteuse, tout transparaissait sur son visage, ses yeux, sa bouche, son nez. Il l'avait vu, le remarquait. Niomi ne dit rien, continuant de regarder en face d'elle, rien ne lui venait. It'll be a friendly, practical cuddle. Nothing more. Don't be such a perv, it's making me uncomfortable Ses joues empourpré ne firent qu'augmenter devenant un rouge foncé. You're such a prude, pense-t-elle, en soupirant. Come on, let's try to find some kind of shelter while there's still light. Sage décision, qu'elle approuve d'un hochement de tête, prenant son bagage et suivant le Cobalt à travers l'épaisse fourrure des sapins. En réalité, Niomi adorait la forêt, elle saurait retrouver leur chemin, mais ne voulait pas vexer l'égo masculin de Basil. Et puis, c'était une bonne excuse pour qu'il s'attarde à elle, passe du temps en sa compagnie. Car elle le savait, une fois qu'ils seraient sorti, il reprendrait le cours de sa vie, dans lequel elle n'était pas présente. Il ne voulait pas d'elle, n'en avait pas besoin. La vérité dur et froide ne faisait pas peur à Niomi. Quoique déçu, elle s'en remettrait. Intelligente, elle appréciait qu'il soit prêt d'elle, qu'il prenne le temps d'élaborer des activités. Et c'est avec un sourire qu'elle acceptait chacune d'entre elle, utilisant un impeccable poker face pour simuler ses vrais sentiments. Ses rires, sourires, étaient réels. You might want to start singing now, love, at least it'll send every wild animal running away. As for myself, I'd say I can endure pain pretty well. La brunette s'arrête, vexé, les yeux sortant de ses orbites. Sa voix n'était pas si affreuse, tout de même. Possédant la capacité de dérision, elle rit de sa blague. Après tout, le talent de chanteuse ne coulait pas dans ses veines. Le bruit des animaux environnant résonnait à ses oreilles comme une mélodie, la vie présente l'effrayait beaucoup moins. You're like an elephant, afraid of a mouse. You should chase them, not run away scared. Un sourire moqueur apparait sur ses lèvres, son coude lui donnant un coup pour appuyer ses paroles, le mettre au défi. Sa taille, gigantesque à côté d'elle, la rendait minuscule. Provoquer à nouveau un sourire sur le beau brun était son but. Hey, don't be scared okay? It's exactly the same harmless place at night than it is the day. Nothing's going to happen, I promise. Son coeur s'arrête de battre aussitôt qu'il pose une main sur elle. Son corps frissonne, en demandant plus, sa tête le repoussant, gardant une distance invisible entre eux, ne souhaitant pas la dépassé, enfreindre les règles. Consciente que les histoires de son père étaient fausses, l'excuse tant qu'à elle ne disparaîtrait pas en un claquement de doigt. Cette habitude de la dire ne s'envolerait pas. Niomi dans son inconfort, dans son manque d'expérience, avait compensé à d'autre endroit. Les paroles suivirent, rendant la tâche de l'éviter encore plus dur. Les yeux fermés, elle les ouvre de nouveau et remarque la lèvre de Basil coincé entre ses dents. Il la mord. Et Niomi, elle est soudainement attiré plus que tout, comme un prédateur. Cette vulgarité la répugne, même si elle a envie d'y faire suite. Don't bite your lip. It's turning me on. Les paroles quittent sa bouche, elle ne le regrette pas, les assumes. Elle le regarde même dans les yeux, très sérieuse. Certaine, de toute manière, que rien ne s'en suivra, elle avance, se remet à marché, prenant les devants. Elle savait pertinemment que s'ils prenaient la gauche, ils retrouveraient leur chemin, la droite et tous les autres chemins les mèneraient à tourner en rond. Certes, vers l'avant, se trouvait plusieurs rochers, où Basil semblait les diriger. Sans dire un mot de plus, elle s'en approche, s'éloignant encore plus de la piste. Pourquoi ne faisait-elle aucun mouvement? Admettre qu'elle voulait plus qu'être amie avec lui, qu'elle avait envie de plus devrait sortir un jour. La peur d'être blessé, d'avoir le coeur en morceau, l'en empêchait. Niomi préférait mettre sa vie en danger, frôler la mort, que d'avouer ses sentiments. Un séjour l'hôpital ou une blessure lui faisait moins peur que de se sentir vulnérable devant Basil. Personne ne lui donnait des jambes molles, une jalousie mal placé. Seulement, elle avait entendu tous les récits de ses amis, assez pour lui retirer l'envie de s'intéresser à une relation amoureuse. Actually, I'm not afraid of the forest , commence-t-elle. Ses pieds cessent d'avancer, elle est bloquer, dans une impasse. I'm afraid of you. Réalisant à quel point ses paroles semblaient fausses, elle pose son bagage prêt de l'entré d'une grotte. Il ne savait rien, n'était pas conscient. Et si une partie ne voulait pas réveillé Basil, lui donner raison de la croire frêle et prude, une autre se l'interdisait. Il était le seul qui ne la prenait pas pour une enfant, qui osait blaguer. Et si elle avouait toutes ses choses à voix haute, se refermerait-il sur lui-même? Resterait-il une petite partie du Basil qu'elle connait? I hate what you do to me everytime your  fingers touch me. Niomi, une fois nerveuse, en terrain étranger, sort des mots sans qu'elle ne le veuille, des paroles qui le devrait jamais sortir de sa bouche mais qui sans son avis, décident de débouler. I mean, I don't know where they've been. When was the last time you washed them? Un rire sec suit ses paroles, Niomi marche. Passe de gauche à droite en gesticulant, l'étendu de ses paroles, non aggravant pour l'instant et sans vrai conséquences, ne feront que faire rire Basil. Et puis elle franchit cette ligne blanche invisible: Surely you won't go down on me with those. La réalisation la frappe comme un éclair et aussitôt elle ouvre la bouche et s'arrête de marcher, la panique s'installant. Not that I want you to. It's not what I meant. God, you're going to think I have a crush on you and all, when I don't. At all. Sa tête se baisse et sa main vient cacher les traits embarrassé de son visage. La brunette s'enfonce elle même les deux pieds sous terre, sa tombe se creusant d'elle-même. Sa voix se casse dans sa tête, ses pensés l'applaudit, sa conscience sent déjà l'effet de ses paroles sur les événements à venir, sur ce qui adviendra. Elle soupire, lourdement, ayant envie de se retirer le bras plutôt que d'affronter Basil et son regard.   Can we please forget what I just... vomited? Ses mains s'emmêlent, ses yeux ressemblent à une biche apeuré, ses traits demandent le pardon. Humilié par elle-même. Congrats Niomi, se dit-elle mentalement en s'applaudissant.

_________________
beneath the stillness of waters and the stiffness of her body. her soul, satin, serene, overflowing, over-feeling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: you can show me where trouble goes [w/niomi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
you can show me where trouble goes [w/niomi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kate Winslet on the Ellen DeGeneres Show
» Kit Car Show Chanteloup 2010
» TGS=Toulouse Game Show
» Sortie Air show 2010 à Beauvechain
» [MEP-SNK] Aleatoire Show 2 !!! 48h INSIDE !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ a touch of magic. :: VI. / FALLING THROUGH THE ROOF :: RP-
Sauter vers: